indus Indus > Fall of Because

Biographie > Il y a eu une vie avant Godflesh

Né en 1983, Fall of Because est le premier projet réunissant Justin K.Broadrick, G.C Green et Paul Neuville, quelques années avant Godflesh. Un projet underground et à l'époque radical qui se concrétise par une première démo composée de 12 titres Extirpate (un objet collector maintenant...) puis surtout un seul et unique album long-format baptisé Life is easy qui sort en 1986 avant d'être réédité en 1999. Le groupe se cherche alors encore et c'est sous l'impulsion de Broadrick et Green qu'il arrêtera de composer sous ce pseudonyme pour mieux revenir en 1988 sous le nom de Godflesh. [ [fr] en savoir plus...: Focus #1 (14 hits)External ]

Fall of Because / Chronique LP > Life is easy

Fall_of_because_life_is_easy.jpg 1986 : Justin K.Broadrick (batterie, vocaux), GC Green (basse), Paul Neville (guitare, vocaux) sortent Life is easy, premier et seul album de Fall of Because. Le trio marquera l'histoire du metal industriel quelques années plus tard mais dès les premiers titres de cet album, le style inimitable de Godflesh n'est encore que balbutiant, mais l'énergie brute du trio est déjà foudroyante. Premier titre de l'album : "Devastator" annonce la couleur et nous lâche après quelques secondes de jeu, du plomb dans les enceintes. Guitares stridentes à souhait, assaut de larsens quasi ininterrompu, on n'a pas encore entamé le deuxième titre de l'album que déjà, Fall of Because nous secoue les vertèbres. Et c'est alors le moment que choisi le groupe pour nous asséner un "Life is easy" bestial et rugueux comme personne. Rythmiques mécaniques, indus sulfurique, la production a beau être un tantinet brouillonne (c'est du reste un reproche que l'on refera aux premiers Godflesh), le cocktail musical est d'une sauvagerie sans nom.
Si l'on sent bien que la violence est ici retenue tant bien que mal, le groupe n'en créé pas moins des ambiances oppressantes ; et malgré quelques passages assez inaudibles à cause d'un son un peu trop approximatif, FoB envoie sans sourciller du grain sur les brûlots que sont "Middle america" ou "Excstasy of hate". Dévastant tout sur son passage, bien chargés en larsens, les anglais enquillent alors un "Lifefucker-Shitsucker" et un "Merciless" aux titres évocateurs avant de finir le travail sur le bien nommé "Survive". Là forcément, après neuf titres de cette trempe, Fall of Because nous a mis sur les rotules et c'est alors que déboulent les deux dernières mines à fragmentation de Life is easy. Là autant dire que les derniers survivants en prennent pour leur matricule. "Fight Show" et un quart d'heure de rab dans les gencives avec Mick Harris et Nick Bullen (Napalm Death) en guests de luxe, puis "X-mas Special" et quelques quinze autres minutes de déflagration sonore qui n'a définitivement rien de festive malgré le "X-mas" du titre. Au contraire, c'est déviant, carrément pyschotique mais finalement un peu trop foutraque pour réellement convaincre, à l'inverse des précédents morceaux de ce manifeste indus... Après avoir posé une véritable chape de plomb sur notre platine CD, FoB referme son album avec l'assurance d'avoir posé les jalons pour un futur à suivre de très près... l'Histoire leur aura donné raison.