Jeudi 25 janvier 2001, 22h05, Zenith de Paris, dehors, une soixantaine de personnes se sont vues refuser l'entrée pour "raison de sécurité", on a vendu plus de places qu'il n'y en avait de disponibles... A l'intérieur, le S H O W Marilyn Manson débute, le spectacle est total, sur chaque titre, il se passe quelque chose, les mises en scène et les décors défilent comme les tubes. L'ensemble du "spectacle" se partage entre moments de pure folie destructrice digne du NIN du début des années 90 et du Marilyn antéchrist de 97, et moments plus chaleureux, plus colorés, ceux qui rappellent l'animal de 99. Il faudrait des lignes et des lignes pour décrire le concert dans son intégralité, on ne mentionnera que le somptueux "Great big white world", le "Sweet Dreams" où Marilyn fait monter un mec sur scène pour illustrer le "Some of them want to abuse you", l'inaudible "Burning Flag", le "Cruci-Fiction in space" ascenscionnel, le rageur "Cake and sodomy", le rappel "1996" avec la destruction de deux grosses caisses fictives (!)... Au final, Marilyn Manson n'est plus le grand méchant que j'avais vu en 97, ni plus le charmeur de 99, il est devenu un mix des deux qui se promène dans un théâtre qui lui vole un peu la vedette. Ca reste quand même une sacrée soirée comme dirait Jean-Pierre...