Reptil - Throne of collapse Obtenir des infos sur Reptil est assez difficile, surtout pour moi qui ne parle pas l'allemand. On sait seulement qu'ils viennent d'Outre-Rhin, apportent une ambiance apocalyptique style Mad Max en concert, servent des clip hauts en couleur (avec pour celui de "Reptoil inc." un petit goût de Matière noire) et ont créé leur propre label pour sortir ce premier album Throne of collapse. La base de leur musique est un métal industriel assez sombre dans la lignée de Marilyn Manson mais les réduire à cela serait trompeur car les Teutons sont capables de casser cette image ("One world, one nation" est une ballade acoustique !), de varier les plaisirs en intégrant de l'électro ("Reptoil Inc."), des parties très instrumentales ("Irreversible", "Beyond") et quelques gueulantes ... pas toujours efficaces ("Soulride"). Véritable creuset où fusionnent les influences des 30 dernières années de l'indus (voire de l'EBM), Throne of collapse est parfois déroutant mais assez excitant, à l'instar du titre éponyme qui laisse s'opposer rythmique binaire terre à terre et envolées lyriques d'arrangements à cordes, bidouillages mécaniques et chant mélodieux désabusé. Ça ne doit pas être évident à dégoter par chez nous mais ça vaut le coup d'oreille.