indus Indus > Y Front

Biographie > patchwork

Y Front : le groupe Y Front Acte I : 1994, Mulhouse. Après les découvertes du

Printemps de Bourges 1996
et les
Europopdays 1996
à Freibourg, un maxi 4 titres : Parasite, le groupe sort en juin 97 son premier album, Patchwork of a happier place chez Abathrash/Boucherie Prod. Et là, ça marche plutôt bien, les tournées s'enchaînent, le groupe va même jouer outre-Atlantique avec Rammstein, c'est à peine croyable aujourd'hui... mais c'est vrai. Trop vite monté, le groupe explose et seuls deux entités survivent à cette explosion : D (David, guitares) et Syd Ogy (Christophe, chant), sur le carreau restent Eric (batterie), Jack et Zef (samples).
Y Front : patchwork Y Front Acte II : Les deux rescapés bossent sur les machines, ils vont reconstruire le groupe doucement mais surement. Ils bougent sur Paris et la rencontre avec le manager des Young Gods va être décisive. Nous sommes déjà en l'an 2000 et les nouvelles compos vont pouvoir être enregistré, c'est D lui-même qui assurera la production aux studios Relief (Suisse), Bernard (Young Gods) et RV Loos + Entonie (LTNO) viennent apposer leur touche. RV Loos devient le batteur du groupe et vJ tiendra le sample en respect durant les concerts, les 4 sont prêts à srotir l'album, ce sera fait fin 2001 et à de nouveau envahir les planches.
Y Front Acte III : c'est maintenant.

Y Front / Chronique LP > Mellow cosmos

Y Front : Mellow Cosmos Mellow cosmos, titre de ce nouvel album est caché en bas à droite de la pochette qui nous présente le groupe et renseigne le pékin sur la nature de la musique, ça doit tourner autour du électro-goth-glam-cold-indus-métal et oui, Y Front nous sert de l'indus teinté d'électro et de métal. Les sons comme la voix alternent clarté (synthé, guitare, basse, batterie, loops) et obscurité (disto, samples, rythmes), l'un servant l'autre à merveille et vice versa. Première grosse démonstration avec "Eccentric moondancer" et son refrain lourd qui éclaircit le chant, à moins que ce ne soit l'inverse, la douceur mielleuse des couplets qui fassent que le refrain semble si agressif. L'ensemble et la maîtrise du combo nous rappelle instantanément à la dernière production de Oomph!. La mélodie est imparable, et on n'est qu'au deuxième titre... les "titres tubes" dont l'écoute est si aisée vont en fait pleuvoir avec encore au-dessus du lot les "Anti mental love" (une vraie perle ce morceau !!!) et "Scandalized". Mais tout est bon dans ce Mellow cosmos qui est assez homogène et diversifiée, les "Mellow cosmos" et "Daft boyz" étant plus électro-pop, "Never lead me" plus mansoniaque, "In the name of beauty" et "Home pornographic machine" plus expérimentaux, plus machinaux, "The right side of Heaven" se rapprochant davantage du côté cold-wave de Depeche Mode et "Neverending flight" clôturant l'album de manière plus psychédélique et donc non loin des Young Gods. Sortie de cette revue d'effectif, il faut retenir de Mellow cosmos un incroyable pouvoir de manipulation de l'auditeur, il l'immerge totalement dans les titres et provoque en lui des soubresauts, des mouvements de tête et le pousse à baragouiner les paroles dans en anglais approximatif.
Douceur, volupté, violence contenue et lâchée, rancoeur, Y Front nous crache frénétiquement ses sentiments et j'espère qu'ils sont là pour un bout de temps...