Bal des Enragés Au début du projet, tu pensais que ça irait si loin ?
Niko (Tagada Jones) : Non, évidemment, nous avons commencé presque par hasard. Lors de la carte blanche à Tagada Jones du festival du Pont du Rock, nous avons décidé de faire quelques reprises et d'inviter des potes à les jouer avec nous. Comme tout le monde a répondu présent, on s'est dit que ce serait bien de donner un nom à ce projet et Le Bal des Enragés est né. Cependant, cela devait être éphémère. C'est suite à l'engouement du public, mais aussi et surtout de notre part à nous tous qui avons pris un pied fou sur scène, que nous avons décidé de faire une, puis deux, puis trois tournées. bientôt quatre ?

Comment tu t'es retrouvé dans la troupe ?
Reuno (Lofofora) : Avec les Lofo, on s'est fait appeler par Niko pour une participation à une carte blanche des Tagada Jones il y a quelques années. L'idée c'était de faire des reprises avec toute une bande de potes sur un festoche. On a répété une journée pour une heure de show le lendemain. A la fin du concert, nous étions euphoriques et pris d'une sévère envie de remettre ça...
Vince (Aqme, The Butcher's Rodeo) : J'ai reçu un mail de Niko de Rage tour/Tagada Jones me demandant si j'étais chaud pour participer à l'aventure, mail auquel j'ai répondu un grand oui ! On se côtoie depuis quelques années maintenant, il m'avait fait déjà fait l'honneur de m'inviter sur Dissident de Tagada Jones, je pense pouvoir dire qu'on est bien pote et que d'être dans une formation comme le Bal Des Enragés, c'est essentiel !

Vincent, c'est dur de se faire une place au milieu de tant de musiciens ?
V : C'est très impressionnant mais ils m'ont accueilli comme personne !

Comment sont choisis les nouveaux titres ?
V : Une partie de la setlist est automatiquement renouvelée sur chaque saison du Bal, là nous avons choisi une trentaine de morceaux de façon très démocratique, par mail et ensuite on vote, on essaye et on valide... C'est un jeu d'enfants... sur le papier (rires).

Sur ce volume 2, il y a plus de reprises de groupes français, c'est réfléchi ?
V : Nous avons juste choisi les morceaux qui rendaient le mieux ! Apparemment on a été meilleur sur les titres français !

Comment s'est établi l'ordre des morceaux du CD ?
N : Nous avons essayé d'être le plus juste possible quand aux répartitions de chacun. À vrai dire, on a donc fait un peu de math pour que tout le monde ait sensiblement la même présence sur chaque CD.

Quel est votre titre préféré ?
V : J'aime beaucoup le David Bowie et le Led Zeppelin.
R : Comme j'aime ce qui bouscule les idées reçues, je dois dire que j'ai pris un grand pied à jouer "Golden brown" des Stranglers, le morceau le plus calme de la set list. La performance de Klodia y était éblouissante et ça c'est un vrai plaisir de jouer avec l'aspect visuel de la musique. Sinon la version de "Rock n' roll" de Led Zep avec Poun BBA au chant était énorme.
N : Je dirais facilement "Cayenne" de Parabellum, car ce titre a pour nous tous une résonance très importante depuis le départ de Schultz.

Vous militez pour intégrer des titres ?
R: Grave ! Pour qu'il y ait du hardcore old school à chaque fois. Bad Brains, Black Flag, Fugazi, etc... C'est parce que je pense que l'on a aussi une mission éducative.
N : Bien sûr, on milite tous pour intégrer des titres. Le fonctionnement est très démocratique, ce sont simplement les morceaux qui ont le plus de voix qui sont joués. Lors de la dernière tournée, il y a même très peu de morceaux que j'avais proposés qui sont passés, mais pas de 49.3 dans le Bal !

Le Bal des Enragés - Triptyk live part II Vous pourriez faire une reprise d'un titre de variété ou un truc pas rock au départ ?
V : Le principe et l'idée du Bal Des Enragés est que les gens puissent se défouler et sortir avec une énorme banane après le gala ! Donc on priorise les morceaux qui pulsent et pour l'instant ça ne s'est jamais fait, en tout cas pas à ma connaissance, à voir en 2019 !

Vince, si tu devais jouer un titre d'Aqme avec Le Bal, ce serait lequel ?
V : Question très dure, je ne sais pas du tout !
Niko ? Si tu devais jouer un titre des Tagada Jones ...
N : Je ne suis pas top pour jouer du Tagada dans le Bal, mais si il fallait en choisir un je dirais "Karim et Juliette" que nous avons écrit en hommage aux Bérus qui est vraiment dans l'esprit Bal.
Et enfin toi Reuno, si tu devais reprendre du Lofofora ...
R : Peut être un de nos trucs festifs du genre "Buvez du cul". Xa des Parabellum l'avait proposé mais ça n'a pas été retenu. Saloperie de démocratie !

Tu penses que certains sont allés réécouter vos groupes après avoir entendu le Bal ?
V : J'espère !
N : Évidemment, je pense que tous les membres ont des retours pour leurs formations. Le public du Bal est très large, aujourd'hui sans doute plus large que les publics des groupes qui y participent. Le Bal est devenu un groupe à part entière.

Comment vous faites pour savoir qui joue/chante tel ou tel titre ?
V : En règle général on chante les morceaux que l'on choisit, après on se dispatche les morceaux restant.

Qui aimerais-tu voir rejoindre la troupe en 2017 ?
R : Y'aura pas de Bal en 2017 maïs pour moi ça manque de fille. La chanteuse de Burning Lady par exemple.
V : J'adorerais partager la scène avec Keumar de No One ou bien encore tous les autres copains de la scène, mais je crois que nous sommes déjà beaucoup !
N : Je n'ai pas de souhait particulier, l'équipe est bien cool comme ça. On ne rentrera pas de nouveau membre sans départ, or personne ne veut quitter l'aventure, on s'éclate trop sur la route.

Il y a aussi pas mal de mise en scène, il y a de grosses séances de brainstorming ou certaines taches sont déléguées ?
V : Nos 2 performers "performent" très bien et ont toujours de très bonnes idées !!! Donc on peut leur dire merci.

Il y a des vraies répétitions avec tout le Bal toute l'année ou c'est uniquement avant les tournées ?
V : Le BDE est cyclique et revient tous les 3 ans, donc on se voit tous les 3 ans pour faire de la zic ensemble avec le même schéma : Répét' - Résidence - Tournée.

Aucun des gars ne fait ça pour l'argent mais concrètement, une date avec le Bal, ça rapporte combien ?
N : Ahahaha, ça ne rapporte pas, on a même bien du mal à joindre les deux bouts ! Le Bal c'est 25 personnes déclarées à chaque concert, pourtant le cachet reste celui d'un groupe normal. Heureusement que les festivals d'été, le merch' et une subvention du CNV nous permettent de boucler le budget.
R : Ah, si si, moi je fais ça pour la thune, pourquoi d'autre sinon ? On gagne 80€ par date et 120 sur les quelques unes où il y a eu une subvention. Ça m'a juste payé ma nouvelle piscine et mes vacances à Saint-Barth. (rires)

Aujourd'hui, c'est presque inimaginable que Le Bal s'arrête, qu'est-ce qui pourrait faire stopper l'aventure ?
N : C'est pas évident de répondre à ce genre de question. Sur le papier, il n'y a pas de raison de stopper l'aventure, mais on navigue à vue, un peu au coup par coup. Je crois que la seule raison, mis à part de passer outre-tombe, serait de ne plus s'éclater ensemble, que la colonie de vacances se transforme en usine. Clairement ça ne fonctionnerait pas, ce projet repose sur l'humain avant tout. Pour le moment, on sait qu'on fera une tournée en 2019 pour fêter les 10 ans du Bal, pour la suite on verra plus tard...