circus maximus - havoc in oslo Avant même la sortie de son quatrième album en mars 2016, Circus Maximus donnait un concert à Oslo (le 6 février 2016) au Rockefeller Club, salle incontournable pour les artistes rock/métal norvégiens. Salle où le quintet a vu des groupes qui les ont inspiré, c'est en tout cas ce qu'ils nous disent dans un documentaire d'une vingtaine de minutes qui accompagne ce DVD/double CD (dispo aussi en Blu-Ray). Un doc sous-titré en anglais pour faciliter le message des membres du combo qui expliquent pourquoi jouer là, leurs attentes, la pression particulière, la minutie et l'équipe avec laquelle ils ont préparé cette grosse "release party" qui était filmée pour la sortie d'un live. En plus des interviews, on a des photos, des images backstage et sur scène, on revit avec le groupe cette soirée et c'est plutôt sympa car très dynamique et les gars sont très honnêtes (notamment avec leurs erreurs). Dans ce même coin "bonus", on a le droit au clip de "Remember", extrait de Havoc mais pas joué en live ce soir-là. Un court-métrage futuriste à propos des clones, de la réalité virtuelle, des images et des sentiments. Une autre vidéo d'un peu moins de 6 minutes présente le "making of" de ce clip, surtout pour la partie qui concerne le groupe.

Mais si tu te procures cet objet, c'est plus pour le live vidéo en gros son et images ultra léchées que pour ses à-côtés même s'il est toujours plaisant d'avoir du bonus sur ce genre de sortie. Et toujours très plaisant d'avoir la version "CD" écoutable partout du concert qu'on peut se mater dans son salon. Une fois installé, tu profites du show dans des conditions optimales, son ultra clair, couleurs d'une grande netteté, caméras en grand nombre (jusque sur les instrus), cadrages propres (sauf quelques plans larges qui coupent parfois un musicien) et montage intelligent. La technique est là pour ravir le fan comme le béotien. Car, oui, certains, comme moi, vont pouvoir découvrir Circus Maximus avec leur Havoc in Oslo, une occasion de se familiariser avec la plupart des titres de leur dernier album (Havoc occupe la moitié de la set list avec 7 morceaux) mais également ceux qui ont fait leur renommée depuis le début des années ("Sin" sur The 1st chapter, "Arrival of love" et "Abyss" sur Isolate et 4 titres de Nine). De quoi embrasser la carrière des Norvégiens qui ne sont pas aussi connus que d'autres combo métal-prog (Dream Theater, Porcupine Tree, Opeth...) mais méritent notre attention.

Aérien, posé, technique, mélodique, envoûtant, massif, explosif, rampant, nombreux sont les adjectifs pas forcément adjacents qui peuvent coller à la musique de Circus Maximus qui sait allier envolées prog' aux claviers et matraquage métallique sur un chant clair, touchant, harmonieux et catchy. Dommage qu'on entende peu le public ("Architect of fortune") communier avec le groupe parfaitement mis en lumière (et qui doit faire gaffe à son placement pour éviter quelques effets pyrotechniques). Peu de titres s'étirent (mais "Chivalry" passe au final assez vite), les Norvégiens n'ont ainsi pas le temps de laisser trop s'installer les atmosphères et donnent du rythme à un concert où quelques vieilles mines réveillent un public attentif plus que démonstratif. Si tu connais déjà Circus Maximus, tu n'as pas attendu cet article pour voir ce que ça donne en live (ils passent par chez nous très souvent), si tu t'intéresses un peu au métal qui allie douceur, technique et ambiances progs, ne rate pas cette belle occasion de découvrir un groupe de qualité dans des conditions optimales.