Antisect - The rising of the lights Comme de nombreux groupes punks, Antisect n'a pas réussi à maintenir une cohérence au sein de son line-up pour s'inscrire dans la durée, monté au début des années 1980 à Londres, ce projet a refait surface il y a quelques années mais c'est après de nouveaux changements de personnel que sort cet album où Pete Lyons s'occupe de presque tout (guitare, chant, prises, production), il est d'ailleurs le seul membre originel du combo encore présent. Sous sa direction, Antisect a arrondi les angles pour devenir un groupe bien plus rock que punk même si le chant respire encore la vindicte et la volonté d'en découdre, le climat de tension perdurant quant à lui au travers d'un son lourd, de guitares parfois écorchées et de quelques alarmes qui tapissent l'arrière-plan. La rapidité d'exécution baissant, les titres s'étirent (un peu trop pour "Weapons of mass distraction" qui peine à se mettre en route avec une sorte de spoken word expérimental) mais l'ensemble garde une bonne dynamique ("The last ones standing", "Black"). Alors, si tu veux te payer un petit voyage dans le temps, tu peux te lancer dans l'écoute de The rising of the lights et de ses titres assez modernes qui n'oublient pas pour autant le passé ("Welcome to the new dark ages" est aussi le titre de leur K7 autoproduite en 1987).