rock Rock > Grit

Grit / Chronique EP > Family tree

Grit - Chapter II - Family tree.png Même style d'artwork (très réussi là encore), même énergie, ce deuxième chapitre d'un album (Shreds of tales) à paraître à la fin de cette série de 3 EPs, permet à Grit d'enfoncer le clou (et d'enchaîner de nouveaux concerts). Ce Family tree ne comporte pas de titre aussi exceptionnel que "Time out" mais les trois nouvelles plages sont d'égales valeurs et frisent l'excellence. Basse et batterie limpides dans le son, frappant et caressant juste ce qu'il faut quand il faut, sons de guitares délicats ou plus acérés, chant filtré très rock, quelques pointes d'arrangements aux couleurs pop électro contre balancés par des élans de saturation bien lourds, les ingrédients de cette arbre généalogique presque symétrique sont parfaitement dosés. Et quand tout s'assemble, on obtient des compositions solidement construites avec ce qu'il faut de dynamique entre accélérations et pauses, des compositions à l'efficacité redoutable capables de procurer un bonheur immédiat. Le tout sans jamais donner dans la facilité et le produit de consommation rapide ce qui fait que même sans titre d'exception parmi ces trois-là, cet EP est la pépite de l'été. Libre à toi d'attendre l'album pour profiter de Grit ou d'en profiter dès maintenant...

Grit / Chronique EP > The tale of Gary Goodmann

Grit - The tale of Gary Goodmann Premier chapitre d'une série de trois, The tale of Gary Goodmann est le premier EP studio de Grit qui avait déjà sorti un "live" pour partager son énergie (et trouver des plans pour jouer). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le quatuor parisien frappe fort avec trois titres percutants à la production léchée et à l'efficacité redoutable. Power pop option clash dans ta face pour certains passages, rock endiablé aux distorsions aux petits oignons pour d'autres, en une dizaine de minutes, Grit réussit à nous convaincre qu'on tient un potentiel "gros truc" et pas un énième combo parisien qui ne buzzera que dans son petit milieu fermé. Prends quelques secondes et écoute "Time out", ça ira plus vite que ces quelques mots, d'ailleurs une des seules critiques que je puisse faire, c'est que ça va trop vite ! A peine trois minutes pour un titre de ce calibre, c'est rageant, j'en aurais bien pris une de plus ! Aussi frais que les premières sorties de Ash, aussi irrésistible que Baby Chaos, Grit est terriblement excitant, reste le plus difficile pour eux, confirmer cette impression avec les deux autres chapitres et les concerts...