Hateful Monday : Half a word away Un départ avec deux guitares acoustiques, une voix off rageuse, un avion qui décolle, et la folie Hateful Monday se met en marche. Une folie à classer dans le rayon punk rock, évidemment. Le quatuor suisse a de l'énergie à revendre et dès "Carry Me Home", premier titre de ce nouvel album, les choses sont claires : HM n'y va pas par quatre chemins pour imposer son style, entre guitares rageuses, refrains métalliques et déjà inoubliables, et voices entêtantes. L'ensemble est d'une puissance presque déconcertante. Et cela ne va pas s'atténuer avec "De Facto Independent Republic", rapide, efficace et encore une fois dévastateur. L'ensemble est parfaitement exécuté, et confirmation, les voix vont de paire avec la rage des instruments. Hateful Monday lève le pied avec "Gate Thirty-One" sans jamais rien lâcher. Véritable tube en puissance. Pour "Half a World Away", quatrième brûlot, on lorgne du côté de la scène punk à roulette chère aux ricains et dont nos UMFM adorés sont les dignes représentants. La production, puissante, décuple le sentiment d'avoir à faire à un groupe qui maitrise parfaitement son sujet. Le refrain fait mouche, les couplets sont surpuissants, une vraie bombe à retardement prête à péter à tout moment. Surtout au moment où l'on ne s'y attend pas ! Car la reprise de "Maniac" (tirée de "Flashdance") va en laisser plus d'un sur le carreau ! Rapide, mélodique, rock à souhait, la réorchestration punc(h)ky est vraiment impressionnante. On s'autorise à penser dans les milieux autorisés que cette version vaut cent fois l'originale. Et il se pourrait bien que je fasse partie de ceux qui en sont convaincus ! Et on a à peine le temps de souffler que le dynamique "These Clamors" est prêt à nous achever. C'est puissant, énergique, et bourré de talent. On a pas l'occasion d'écouter un disque de ce niveau tous les jours. Et après, on ira dire que les Suisses sont neutres. Mais merde, Hateful Monday déclare la guerre avec ce brûlot qui risque de mettre le feu dans les salles qui accueilleront le groupe !!! "The Goodbye Song" (original pour l'avant dernier titre), énergique à souhait, mélodique à en crever, et "O,5 Mg Per Day" (pop punk song au refrain dévastateur) clôturent cet excellent disque. 9 titres, 9 tubes. Tout simplement. Y a rien de plus à dire, il faut tout simplement écouter ce disque que ne laissera pas indifférent le fan de rock façon punk avide de mélodie et de puissance sans jamais tomber dans le ridicule. En tout cas, vous commencez à connaître mes goûts, alors, faites moi confiance, vous ne serez pas déçu.