rock Rock > Julien Pras

Julien Pras / Chronique LP > Wintershed

Julien Pras _ Wintershed Depuis Shady hollow circus, Julien Pras n'a pas renié son amour pour Elliot Smith et continue de délivrer des titres pop/folk minimalistes dans des formats courts avec une tonalité un peu moins grave qui donne beaucoup de légèreté. Une voix aussi douce que la guitare, des mélodies suaves, voilà les seuls ingrédients nécessaires au Bordelais pour nous ravir. Il ajoute de temps en temps quelques échantillons discrets pour donner de la vie ("My loyal partner"), quelques notes de piano (comme sur "The great devise") et a demandé à Helen Ferguson de dédoubler son texte pour lui donner encore davantage de profondeur ("Horses in disguise" par exemple). Idées pures, jeu de guitare délicat, Julien n'est pas le seul à exercer dans ce domaine mais sa voix, particulière, singularise le projet et lui confère un intérêt indéniable.
Avec Wintershed, l'ex-Pull/bientôt reformé Calc/toujours Mars Red Sky offre de quoi se réchauffer pour l'hiver qui arrive, il donne envie de mettre un peu de musique (la sienne ira très bien mais ça marche aussi avec Sufjan Stevens, Wilco ou d'autres) se blottir sous la couette, de prendre un bouquin et de se laisser emporter ailleurs.

Julien Pras / Chronique LP > Shady hollow circus

Julien Pras
On a surtout connu Julien Pras chez Calc (pop-rock lo-fi) et Mars Red Sky (stoner rock cosmique), mais il s'agit pourtant de son deuxième album solo, deux ans après Southern kind of slang. Dès les premiers instants de "Seven more hours", il est vraiment difficile de ne pas penser au Elliot Smith de Either/or tant la ressemblance entre la musique est flagrante : il s'agit ici d'un disque de songwriter qui ne rechigne pas à envelopper sa musique de quelques arrangements classieux.
Shady hollow circus est une belle succession de titres qui captivent à la première écoute : que ce soit le cristallin "Angel of mercy" ou le Elliot Smith-like (oui encore...) "Radio silence", on parcourt le disque avec plaisir tant c'est bien écrit, les mélodies sont belles et les arrangements judicieux. Bref, un disque sous influence mais un disque élégant et racé. Julien Pras en solo, on dit oui évidemment. Après le ...Is with demon de Troy Von Balthazar, Vicious circle semble le label indie frenchy en forme du moment. Qu'ils continuent à nous abreuver ainsi d'excellents musiciens, on en redemande...