Les Marquises - Lost lost lost Peux-tu nous rappeler comment a été fondé Les Marquises ?
Après avoir sorti Not until morning avec Immune en 2008, j'ai eu envie de faire un disque différent et moins contemplatif qu'à l'accoutumée. J'ai alors travaillé sur de nouvelles demos et le projet Les Marquises est né progressivement. J'ai demandé tout d'abord à Jonathan de me rejoindre pour jouer de la batterie et m'aider à arranger les morceaux. Puis lorsque j'ai réfléchi à qui pourrait chanter le disque, j'ai pensé à Jordan Geiger. J'avais beaucoup écouté la musique de son groupe - Minus Story - dans l'année et, du coup, je l'ai contacté en lui proposant de chanter sur le disque. Il a tout de suite accepté et Les Marquises était au complet !

Comment s'est passée la rencontre avec Jordan ?
Je ne l'ai rencontré qu'une fois en dehors de nos échanges via internet. Il jouait à Lyon avec Shearwater puis on a été le voir avec Jonathan en loge après leur concert. On a bavardé un peu et puis quelques jours après il m'a envoyé ses premiers essais de chant.

S'agit-il d'un projet purement solo ou d'un nouveau groupe dans lequel tu exerces au même titre que Colo Colo ?
C'est plutôt un collectif dont je serais le centre de gravité. Je tiens à ce que Les Marquises reste un projet ouvert à d'autres musiciens. Pour mes enregistrements purement en solo, il y a Recorded Home.

Qu'en est t-il d'Immune du coup ?
Immune est en pause. Avec Martin et Gary, on évoque à nouveau la possibilité de refaire un disque, mais ça n'est pas encore vraiment d'actualité. Avec Martin, nous sommes actuellement bien pris avec Colo Colo. Nous travaillons sur 6 titres et aimerions terminer un album dans le courant de l'année prochaine. Avec Les Marquises, j'ai commencé à travailler sur de nouvelles demos. C'est un peu dur de maintenir simultanément tous ces projets en activité. Surtout que j'aimerais aussi refaire en janvier un set avec Recorded Home pour reprendre les concerts. Bref, que de choses sur le feu !

La sortie de Lost lost lost est assez récente, quels en sont les retours ? Qu'en dit la presse ? Les demande et ventes de CD ?
Les retours de la presse sont tous excellents. Il y a bien 2 chroniques avec des bémols, mais sinon il y a un vrai enthousiasme autour de ce disque.
Mais je ne sais pas vraiment si ça va faire vendre le disque. Pour ça il faudra attendre les retours du distributeur. Tout ce que je peux te dire, c'est que depuis la date de sortie du disque j'en ai vendu 40 via internet. Je ne sais pas vraiment ce que ça représente, si c'est bien ou pas, car c'est une première sortie sur ma structure Lost Recordings. En revanche, ce qui est très satisfaisant est que les gens qui l'achètent l'aiment beaucoup. Pas mal d'acheteurs me font part ensuite de leur enthousiasme par mail. Ca c'est chouette tout de même ! Les retours sont absolument excellents. Mais il faut que les gens entendent parler du disque pour l'écouter, c'est ça la problématique principale en fait.

Comment t'es venu cet intérêt pour Henry Darger ? Est-ce que tu savais dès le début de ce projet que son œuvre allait être le fil conducteur de Lost lost lost ?
Non, je ne savais pas ça serait le fil conducteur du projet. La découverte de l'œuvre de Henry Darger est intervenue alors que je travaillais sur des demos. J'ai découvert d'ailleurs son travail par pur hasard. Je me suis rendu à Lausanne pour visiter le musée d'art brut et découvrir cet art, que d'ailleurs je ne connaissais même pas auparavant. Il y avait une salle avec de grandes frises surréalistes, et j'en suis immédiatement tombé amoureux.

Les Marquises - promo 1 Est-ce que construire des compositions musicales en s'inspirant d'une œuvre picturale, c'est se poser des limites dès le départ ? Comment t'es tu organisé pour réaliser ce challenge ?
Avoir en tête le travail de Darger m'a permis de ne pas perdre le fil en créant. Ce fut un peu comme une ligne d'horizon. Quand je me sentais bloqué sur un morceau, je feuilletais un ouvrage de ses œuvres et tentais d'y trouver des solutions. Et ça a bien fonctionné ainsi. Je me suis inspiré de thématiques qui lui sont propres, mais aussi de ses techniques de composition - mais ça, finalement, je ne m'en rends compte que maintenant.

La plupart des titres sont contemplatifs. On t'imaginerait presque avoir travaillé seul chez toi dans la quiétude nocturne ? Est-ce le cas ?
Pas particulièrement en fait. J'ai travaillé l'après midi, le matin, le soir. Après je travaille toujours dans la quiétude car mon appartement est toujours très calme. Sauf quand bien sûr c'est l'été et que j'ouvre les fenêtres. Et là on entend les sons qu'il y a sur "This carnival of lights" : des chants d'oiseaux, des bruits de gens dans la rue, des bouts de mélodies de mon voisin pianiste,.

On ressent parfois des éléments jazzy dans Les Marquises, notamment dans les rythmes, est-ce que ce style a toujours fait partie de tes influences ?
J'écoute peu de jazz mais ça me fascine beaucoup, notamment la musique de John Coltrane. J'adore les rythmiques et le côté physique qui s'en dégage. On ne retrouve pas cette sueur dans le rock, je trouve. Et puis la musique de Coltrane m'apparaît comme spirituelle et physique. Ce qui représente pour moi une sorte de synthèse parfaite. Sinon j'adore Robert Wyatt. Ca n'est pas du jazz pur mais l'esprit est là.

Tu viens de Lyon et incorpores des programmations électroniques dans tes compositions. La question est inévitable : as-tu des affinités avec la scène de là-bas ? Je pense notamment au label Jarring Effects.
Non pas du tout en fait. Je connais peu ce que fait Jarring Effects mais à priori ce que j'ai déjà entendu ne me plait guère. De manière générale, j'écoute peu de musique électronique et n'y connais pas grand-chose. Par contre, j'aime quand des éléments électroniques viennent s'intégrer, interférer avec une musique plus acoustique. Sinon, il y a une scène lyonnaise intéressante, je pense, mais je sors assez peu et donc j'aurais du mal à t'en parler sans dire de bêtises !

On te reconnaît une écriture cinégénique ? Quel lien entretiens-tu avec l'art du cinéma ?
Déjà, j'ai fait des études de cinéma jusqu'en DEA. Donc c'est quelque chose qui m'intéresse et que je connais assez. De plus, je travaille à mi-temps dans un cinéma d'art et essai comme caissier. Donc finalement j'y suis pas mal connecté. De manière un peu détournée mais je suis ce qu'il se passe et m'y rends assez régulièrement.

Chacun des clips de Les Marquises contient un filtre de couleur différent, que cela signifie ?
L'idée était à la base de s'inspirer de la peinture de Sarah Gamble qui illustre la pochette du disque. J'aimais l'idée que dans cette peinture, il y ait cette palette de couleurs, avec les 6 couleurs secondaires. Et comme il y a aussi 6 titres sur le disque, je suis parti de là pour imaginer que chaque vidéo pourrait apparaître comme un élément tiré de cette palette. D'où cette idée finale de passer toutes les vidéos à travers le filtre d'une couleur. Aussi, je pense que ce principe permet une meilleure cohérence entre toutes les vidéos. Toutes se complètent ainsi en quelque sorte !

Est-ce que la réalisation d'une BO pour un film te trotte dans la tête ?
Pourquoi pas ! Je n'en ai jamais fait mais ça pourrait être une chouette expérience. Je n'ai jamais trop démarché dans ce sens mais je suis ouvert à ce genre de collaboration. Si l'on me contacte pour ça, je pense que ça me rendrait assez enthousiaste.

Les Marquises - promo 2 Prévois-tu une tournée ? Un DVD ?
Il n'y aura de tournée pour cet album. Peut être mettrons-nous un set en place l'année prochaine, mais pour l'instant ça n'est pas d'actualité. Ma priorité est avant tout de faire des morceaux, de réaliser des disques. Cependant, si nous arrivons à former un vrai groupe pour tourner, nous le ferons bien sûr. Il faut quand même trouver les bonnes personnes pour que cette expérience soit gratifiante. Sinon, un coffret Lost lost lost verra le jour en début d'année prochaine. Ce sera un coffret sérigraphié qui contiendra : l'album, le DVD des clips "Six short films about Lost lost lost", un disque contenant des remixs de l'album par d'autres groupes, quelques inédits et une nouvelle inspirée directement du disque. Ce bel objet sera en vente exclusivement sur notre site. Mais j'ai hâte de l'avoir entre les mains !

Si Les Marquises poursuit son aventure après ce premier CD, penses-tu changer de collaborateurs pour une tout autre texture ou continuer avec les mêmes ?
Il y aura une suite, ça c'est certain. Je suis déjà en train de travailler sur de nouvelles demos. Après, je ne sais pas encore qui sera de la partie. Mon frère Julien, qui joue avec moi dans Immune et Recorded Home va se joindre à moi. Pour l'instant, c'est tout ce que je peux dire. Je ne sais pas encore si Jonathan et Jordan participeront. J'en suis au stade de recherche, d'essais où je tente d'avoir de meilleures vues sur un nouveau possible. Pour l'instant, je suis un peu en quête d'influences visuelles en fait. Pour moi, c'est important.

Dernière question inéluctable : Es-tu déjà allé aux Marquises ?
Non mais j'aimerais beaucoup. En revanche, je pense que ça n'est pas prêt d'arriver ! J'ai regardé les prix sur Internet, et en gros il fallait déjà compter 4.000 euros de voyage en avion aller et retour. Ce sera donc pour un peu plus tard.