Oceansize : Effloresce Sortit en 2003, ce premier LP des cinq anglais d'Oceansize s'ouvre sur "I am the morning", un titre tout en crescendo qui annonce la couleur de ce que va être cet album hors normes : à la fois délicat et puissant, labyrinthique et envoûtant, aérien et imprévisible. La rythmique monstrueuse de "Catalyst", second titre de Effloresce, nous met ensuite à genoux. Le chant, au départ calme et léger s'emballe progressivement pour atteindre son paroxysme dans un hurlement de désespoir soutenu par trois guitares enchevêtrées avec un talent évident. "One day all this could be yours", gros tube de ce premier LP va nous achever alors que nous n'en sommes qu'au quart du disque. Hypnotisé par ce titre, on attend la suite, qui va nous dérouter avec l'angoissant dédale sonore qu'est "Massive Bereavement". L'ambiance étrange et raffinée du début contraste à merveille avec l'implacable fureur destructrice de la suite avant son final aux riffs diaboliques. Cinquième morceau d'Effloresce, "Rinsed" est une sorte d'interlude apnéique que ne renieraient pas les islandais de Sigur Ros.
Le calme passé, Oceansize enchaîne avec l'énervé tube qu'est "You wish" puis l'inventif "Remember where you are", conclu sur quelques gouttes d'eau jouées au clavier. Vient ensuite "Amputee". 8e titre de cet album est un tube absolu, un must incontournable où le talent des cinq natifs de Manchester donne sa pleine mesure.
Avec "Unravel", le groupe nous montre une nouvelle fois, l'autre facette du groupe. Celle où Oceansize nous montre tout son talent pour les ambiances planantes et entre A Perfect Circle et Mogwai. "Women who love men who love drugs", reprend la recette des premiers titres du CD, à savoir une intro douce et calme qui se prolonge pendant de longues secondes pour notre plus grand plaisir, avant de se faire plus massif dans ces passages uniquement instrumentaux qui font la marque de fabrique d'Oceansize. Plutôt que de céder à la faciliter, les cinq anglais nous surprennent et nous émerveillent encore une fois avec "Sunday Morning Breakfast Show" et "Long Forgotten", les deux derniers morceaux de cet Effloresce. Des titres, contemplatifs et parfaitement maîtrisés qui concluent un album à l'excellence rare. Oceansize n'est plus très loin de ce qui ressemble à la perfection.