the quill Si c'est une institution en Suède, The Quill est assez méconnu par chez nous, les amateurs de stoner feraient pourtant bien de se procurer ce huitième opus de la bande de Magnus Ekwall, le chanteur responsable de la création du groupe est d'ailleurs de retour avec ses potes après un break de 10 ans, certainement que Roger Nilsson (également passé à la basse chez Spiritual Beggars ou Arch Enemy) l'a convaincu de revêtir le bleu de chauffe pour nous abreuver de complaintes déchirantes qui s'acoquinent parfaitement avec les lacérations de la guitare. Avec une telle carrière, les gars n'ont plus rien à prouver et font simplement le stoner qui leur plaît, un rock lourd et bien envoyé, pas aussi fouillé que l'artwork et aux intentions assez pures et lisibles. Lesquelles ? "Electrical son" Born from fire, avec ces titres et paroles (piste 8), tu comprends, la chaude énergie du feu, la puissance de l'électricité, des riffs qui lézardent l'atmosphère, des rythmes plus précis que massifs et un chant caméléon qui se fond dans le décor, que celui-ci se fasse plus pop, plus psychédélique ou plus lourd. The Quill enquille les bons titres avec facilité et assure, sans surprise, à la suédoise.