rock Rock > Tokyo / Overtones

Biographie > Overtones / Tokyo

Tokyo / Overtones va devenir le meilleur groupe de pop-rock "made in France". Ca ne fait aucun doute. Et même à travers le monde, les prétendants à la succession de Radiohead (parti pour des sphères que plus personne ne peut rejoindre) doivent prendre en compte le potentiel de Tokyo / Overtones, petit groupe français venu du Havre qui sans fracas va s'installer dans nos esprits. Sur nos pages, on les classera avec Leave, Weakids et Airbag...
L'aventure commence à la fin de l'automne 99, William, Virgile, Sébastien et Laurent forment un groupe, compose et se trouvent des premières parties dans de petites salles, comme tous les jeunes groupes... Aprés quelques mois, ils décident d'enregistrer une démo pour assurer leur promotion, 5 titres sont enregistrés en avril 2000, ils sont envoyés à droite, à gauche et arrivent aux oreilles du label Cosmosonic. Ils enregistrent un nouvel EP durant l'été 2001, cette fois-ci, il est destiné au plus grand nombre. "Dev" Fontaine prend le son et assure le mix à Brionne au studio Plash and poise, le mastering est réalisé à Nantes, des musiciens venus du classique sont invités et The Polar EP sort de manière officielle à la fin du mois de janvier 2002. Les 6 titres émeuvent tous ceux qui les écoutent, la vague de bonnes critiques prend de l'ampleur et Universal Music Company décide d'assurer la distribution du bijou à travers la France. Tous ceux qui ont parié sur ces Havrais ont fait le bon choix, l'avenir leur donnera très vite raison.
Le groupe sort son premier album à la fin du mois d'octobre 2004.

Tokyo / Overtones / Chronique LP > The underground karaoke

Tokyo / Overtones - The underground karaoke Je croyais les Tokyo / Overtones bel et bien disparus car depuis leur très bel album éponyme Tokyo / Overtones en 2004, le groupe n'avait pas trop donné de signes de vie... Et pourtant ils n'ont jamais cessé de travailler à ce The underground karaoke qui est musicalement la suite logique de ce qu'ils faisaient il y a bientôt une décade ! Pour remonter à la surface, le groupe a du compter sur de la patience et un peu d'aide de généreux mécènes plus ou moins anonymes attirés par l'idée de Microcultures : un micro label qui met en avant des artistes (Les Marquises, Phantom Buffalo, Soltero...) et demande à des bienfaiteurs de leur faire confiance... Outre laisser la plus grande liberté artistique possible, les donateurs peuvent nouer des liens directs et réels avec le(s) groupe(s) qu'ils encouragent concrètement.
Si la genèse fut longue, The underground karaoke plaît immédiatement, les mélodies sont simples et accrocheuses, fines et chaleureuses, elles charment dans l'instant nos oreilles avec une douceur inscrite dans le chant, les instruments et des touches électroniques délicates. Il est rare dans nos contrées de croiser une pop aussi raffinée, aussi suave, aussi bien construite. Car si la voix ou la tonalité des instruments imposent aisément leur élégance, l'architecture de certains titres est assez complexe et sort des sentiers rabbatus par le rock, les assemblages couplets/refrain s'effacent au profit d'une narration musicale où les samples ont toute leur importance pour créer des ambiances ("Brother jack", "Haziel killer"). A l'aise avec les machines, Tokyo / Overtones joue avec le feu et le froid ("(Bipolar) girl" associe beat glacial puis samples enlevés) ce qui leur permet de caractériser nettement leurs compositions et de varier les teintes d'un album d'une grande richesse et d'une classe internationale !

Tokyo / Overtones / Chronique LP > Tokyo / Overtones

tokyo / overtones Après leur sublime The Polar EP, les Tokyo / Overtones étaient plus qu'attendus par le petit monde de la pop éclairée, ils n'ont pas intitulé leur premier LP mais il est clair que ce Tokyo / Overtones est plus chaud que le délicat 6 titres que j'adore. Ces onze nouvelles compositions sont plus personnelles, elles portent moins la marque d'une génération traumatisée par l'écoute intensive d'OK Computer, Radiohead s'éloigne de nos esprits pour que s'y impose uniquement Tokyo / Overtones : une synthèse des expériences pop rock des années 90 joyeusement parasitée par des machines (qui apportent aussi la french touch ?).
Aprés le froid clinique des superbes compositions de l'EP, Tokyo / Overtones démontrent aujourd'hui qu'ils savent aussi chaleureusement rythmer leurs titres (à l'américaine ?), les "The ferry song", "Againstyou", "The guy from stars above" ou "Serial dreamer" nous portent sans heurt et emplissent l'atmosphère avec l'aide, parfois, d'instrumentations bienvenues. Par quelques aspects ils me font penser aux parisiens d'Exsonvaldes même si ici la voix insouciante est de temps en temps filtrée, trafiquée pour le bonheur de l'auditeur ("A bunglaow on Pluto", "Overmars").
Avec Tokyo / Overtones, le quatuor s'affranchit de ses amours adolescentes pour devenir adulte, la richesse des détails, la variété de leurs titres, leur classe naturelle auraient pu faire d'eux des stars s'ils étaient né en Angleterre, si la perfide Albion les ignore pour ne pas être battue à son propre jeu, nous, ne boudons pas notre plaisir d'avoir si prés de chez nous un groupe aussi talentueux.

Tokyo / Overtones / Chronique EP > The polar EP

tokyo / overtones : the polar ep Bleu / orange. Chaud / froid. Il / Elle. Pop / Rock. Tokyo / Overtones.
Le EP est un format peu aimé en France, pas assez long, trop cher, entre le maxi et l'album, il laisse souvent indécis l'acheteur potentiel et un goût d'inachevé pour l'acheteur tout court. Avec The Polar EP les Tokyo / Overtones montrent qu'on a tort de penser ça. 6 titres d'une richesse qu'on redécouvre à chaque écoute, d'une beauté inquantifiable et écoutable à l'infini, cet Extended Play polaire est une bombe. On passe gaiement d'une pop intello, posée, bidouillée, électronique, fouillée, anglaise, lascive et ensorceleuse puis nerveuse sur "O-kee-pa" à "Polar e.t", titre rock, décousu, électrifié, électrisant, tortillant, doux, américain, chaleureux, sonique et saturé. Et c'est en cela que Tokyo / Overtones étonne et déton(n)e, le passage du froid au chaud, du elle au il, de la pop au rock, du Tokyo à l'Overtones, ce passage se fait naturellement, il faut même écouter attentivement l'album pour découvrir ses personnalités, ces figures qui se révèlent à nous selon nos humeurs et nos aspirations momentanées. "Then" tristesse, mélancolie, cordes, sur ces tons bleutés se lèvent un soleil orangé, Tokyo / Overtones est magique, entraînant, chantant, magnifique. Même le vieux coup du sample de film puis de la communication téléphonique, sur "Out", passe comme une lettre à la poste, véritablement dynamique et enjoué, ce titre, comme les autres, est emmené par une rythmique implacable, mesurée, sans excés, terriblement juste et efficace, là-dessus, les guitares s'amusent, batifolent, s'enervent, se calment, méandrent et se perdent dans le brouillard qu'elles ont créé avec leurs effets... "The musing lad" est mon titre préféré, la faute à la mélodie certainement, s'il est impossible de s'en éloigner, je m'y suis abandonné.
Millimétrées et percutantes de douceur, les six compositions de Tokyo / Overtones bouleversent leur auditeur. Personnellement cela m'a permis de faire mon deuil de Radiohead.